Etude de l’impact des xénoestrogènes sur le développement de l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique du bar dicentrarchus labrax

Début
décembre 2018
Directeur(s) de thèse Christophe MINIER - Marie-Pierre Halm
Encadrant(s)
École doctorale
Résumé

Les milieux estuariens et côtiers sont à la fois des zones d’importance écologique (la richesse des eaux en éléments nutritifs en font des lieux de vie favorables à de nombreuses espèces) et des zones largement influencées par les activités anthropiques (activités agricoles, industrielles, transports de marchandises). Les programmes de surveillance mis en place pour évaluer l'état écologique  montrent la présence de micro-polluants définis comme « des substances susceptibles d'avoir une action toxique à des concentrations infimes dans un milieu donné ».  Même si les quantités mesurées dans les milieux sont faibles, de nombreuses questions sont soulevées quant aux impacts écotoxicologiques de ces micro-polluants dans les milieux aquatiques. Parmi eux, certains sont connus comme des agents capables d’exercer des actions délétères sur les organismes vivants en interagissant avec les systèmes endocriniens. Ils sont alors qualifiés de perturbateurs endocriniens (PE). De nombreux PE sont décrits et connus pour leurs impacts directs sur le cycle reproducteur des organismes, mais ils peuvent également avoir des effets sur leur croissance et comportement et, de ce fait, avoir un impact sur la dynamique de recrutement des stocks du large.

Ce projet de thèse vise à comprendre les facteurs interagissant sur le développement d’une espèce emblématique de la région, le bar européen (D. labrax) qui, aux stades larvaires et juvéniles, vit en zones estuariennes et littorales.

 

Espèces modèles
Modèle biologique
Projet scientifique lié