Sarah HUE

Corps (statut)
Sarah Hue-2021

Université Le Havre Normandie

25 rue Philippe Lebon - BP 1123
76063 Le Havre Cedex France

Adresse de courriel
Résumé des activités de recherches et pédagogiques

Les systèmes de neurotransmetteurs sont des éléments majeurs de la transmission de l’information entre le système nerveux central (SNC) et les organes cibles pour la régulation des grandes fonctions (reproduction, nutrition, etc …). Ils sont plus ou moins conservés dans le règne animal. Par conséquent, les composés neurotoxiques au sens large pourraient interagir avec les mêmes cibles chez les vertébrés que chez les invertébrés.
Parmi ces systèmes de neurotransmetteurs, on retrouve les systèmes monoaminergiques (sérotonine, dopamine et noradrénaline) qui peuvent influer sur les hormones neuropeptidiques des invertébrés à travers des neurohormones. Ainsi, une modulation de ces systèmes monoaminergiques par des polluants environnementaux pourraient induire des perturbations endocriniennes encore très peu étudiées chez les invertébrés marins. Afin d’évaluer les risques d’une telle perturbation par les polluants environnementaux, il est nécessaire de mieux comprendre les systèmes de neurotransmission chez les invertébrés marins.
Dans le cadre de ma thèse, j’étudierai deux espèces : la seiche Sepia officinalis et la crabe vert Carcinus maenas afin de réaliser une approche comparative. Ces modèles ont pour avantage d’être des espèces locales d’intérêt écologique et économique déjà relativement bien étudiés. Ces espèces évoluent en outre dans les zones côtières où les eaux sont les plus contaminées.
Cette thèse contribuera au projet européen INTERREG RedPol qui a pour objectif le développement de tests comportementaux, biomécaniques et biomoléculaires afin d’identifier des perturbateurs endocriniens dans l’environnement et de pouvoir les éliminer à la source. Ainsi, je testerai 6 polluants environnementaux supposés perturbateurs endocriniens chez les vertébrés afin d’évaluer leurs effets sur les systèmes monoaminergiques chez les invertébrés marins à travers le comportement, le changement de couleur et la glycémie. Pour cela, je réaliserai des quantifications d’amines biogènes (LC MS/MS, test Elisa, immunohistochimie) et des mesures du niveau d’expression de gènes liés au système monoaminergique (RT-qPCR).